Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lagrandejaja - Page 2

  • L'éphanie une Belle TRADITION qui se perpétue AU FIL DU TEMPS...

    Dans l'imaginaire chrétien, la galette des rois fait référence aux trois rois mages qui, guidés par une étoile, se sont rendus à Bethléem, pour se recueillir devant la crèche où serait né Jésus, offrant à l'enfant de précieux présents. Mais on apprend vite, en se penchant sur la question, que l’épiphanie (ou son équivalent) était déjà fêtée bien avant l'avènement de la religion chrétienne.

    Il faut remonter au XIIIe ou au XIVe siècle pour retrouver les premières traces du partage d'une galette lors de l'Epiphanie. Une galette, coupée en autant de portions que de convives plus une : la "part du pauvre", c'est-à-dire destinée au premier nécessiteux qui se présentait. On parle d'abord d'un gâteau doré et de forme ronde, une description qui peut rappeler le soleil et donc le culte des Saturnales, également lié au solstice, d'hiver comme d'été. Pendant ces festivités de 7 jours, les excès étaient permis et il était d'usage d'offrir des gâteaux à son entourage. Une tradition qui, au Moyen-Age, est devenue celle du "gâteau des rois". Pour certains, l'appellation viendrait de la redevance qu'il fallait verser à son seigneur à la même époque. Redevance généralement accompagnée elle-même d'un gâteau!

    épiphanie(08).png

    Aujourd'hui, le weekend , pour beaucoup d'Entre Nous, se passera , en Famille, ou...entre ami(e)s!

    Cette tradition, traverse les ans... et souvent termine agréablement, les fêtes de début d'année...C'est l'occasion de défaire, Sapins Crèches et autres illuminations... Les journées reprennent, une couleur de saison.!

    épiphanie(07).jpg

    la Saison d'hiver, va continuer à colorer nos journées agréablement, malgré les matinées et journées très fraîches, actuellement, les prochains congés et weekend, vont permettre de pratiquer, les jeux de "glisses", et offrent, pour les amateurs de "neige"..des séjours en montagnes, la pratique de skis, luges, patins à glaces, ces loisirs, seront une très belle évasion!

     

    avant(03).Jpg

    La Grande Jaja..."Bonne épiphanie"...@ bientôt ...

    épiphanie(023).gif

  • CES JEUDIS DE JANVIER...LORSQUE J ÉTAIS ENFANT!

    je me souviens très bien, de ces jeudis d'hier,

    Ou janvier, nous offrait un vrai manteau d'hiver.

    Boules de neige, et glissades, animaient nos journées

    Nous aimions, sans frissons, voir les flocons tomber.

    avoeux(07).gif

    j'aimais ces journées d'hiver, ou le feu crépitait,

    le bois sec fraîchement coupé, craquait dans la cheminée!

    Les réveils se faisaient, dans une vraie bonne humeur

    l'odeur des brioches chaudes et des chocolats au lait,

    annonçaient, de petits déjeuners,véritables saveurs..

     

    soiréeagorra.gif

    Ces Jeudis de Janvier, se passaient joliment,

    Nous étions, très souvent, chez mes grands parents..

    assis, après avoir joué, devant la cheminée

    Nous profitions des jouets, et des livres

    que le "Père Noël, nous avait apporté!"..

     

     

    bohomemarion.gif

    je me souviens encore, je me souviens très bien..

    de ces mois de janvier, ou le froid sévissait..

    la cheminée offre, toujours une bonne flambée,

    Ma petite fille comme moi , les matins un peu "frais"

    aime silencieuse ,contempler la chute des flocons

    qui embellissent, doucement l'horizon! 

     

    hiver,saison,quotidien,nature,traditions,société,souvenirs d'enfants,

     

    "Autres Temps, autres Mœurs"

    Janvier et les flocons, ne "changeront jamais"

    LA GRANDE JAJA!

    a noël barre sapin.gif

     

     

  • Ma Campagne... par Garance Landry, invitée de La Grande Jaja

    -Les_foins.jpgMon enfance s'est déroulée dans un joli petit village de campagne, comme il n'en existe plus guère. Les habitants y vivaient tranquillement, au rythme des saisons. Les travaux agricoles, l'été, se faisaient parfois dans la précipitation... quand l'orage se profilait, lorsque les foins n'étaient pas tout à fait rentrés. 

    Toutes les familles s'entraidaient.... et après le labeur, surveillaient nos jeux turbulents de fin de journée. Autour de nous, l'été, la nature vibrait. La petite source, pas encore polluée par les nitrates et les engrais industriels rafraîchissait nos pieds poussiéreux... et désaltérait nos bouches assoiffées par les courses sans fin.

     

    fillette perchée.jpgJe souris en repensant à la gamine qui, ne voulant pas se "dégonfler", avait maladroitement tenté de grimper sur les branches, pourtant pas très hautes, d'un arbre bien planté. Quand elle s'y assit enfin, la fierté d'avoir relevé le défi lancé par ses cousins lui donna l'impression naïve... d'avoir conquis l'Himalaya ! Puis elle commit l'erreur de se pencher pour regarder la terre, et fut prise d'un vertige panique qui la tétanisa. Le grand-père, attentif, posa la petite échelle contre le tronc... et récupéra la fillette, vexée par les rires moqueurs des cousins.

    J'avais à peine huit ans ! J'en ai 49 aujourd'hui... et je regrette ce temps d'avant-hier, pas si lointain... où certaines valeurs avaient encore un sens. les anciens les transmettaient aux plus jeunes... comme étaient offerts certains bijoux précieux dans les familles nobles... de générations en générations.

     

    On ne passait pas forcément beaucoup de temps chez ses voisins, travail oblige... mais personne n'était laissé pour compte. La solidarité existait. Ceux qui avaient une voiture faisaient les courses, les jours de marché, des vieillards ou des personnes momentanément en difficultés.

    Là, j'ai appris le respect dû à l'autre tout autant qu'à moi-même, le sens de l'effort et du travail bien fait, sans précipitation aucune. La vie s'écoulait au rythme des saisons, avec un amour pour cette terre, aujourd'hui si maltraitée... ses colères se font, hélas, de plus en plus violentes et meurtrières...

     

    solidarité.jpgSans être une "nostalgique" du passé, je pense qu'il serait grand temps de "rectifier le tir"... en remettant à l'honneur ces valeurs élémentaires. Notre société, abonnée à la vitesse et à l'indifférence des grandes cités, y gagnerait. 

     

    Garance Landry, Invitée de La Grande Jaja...  Atelier d'écriture 2015