Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

loi

  • LIBERTE D EXPRESSION.....JUSQU OU CELA IRA!

    4wdhtc4j.jpg

    la France a toujours plus ou moins, été.... un pays ou la liberté d'expression, etait  largement tolérée....

    journalistes écrivains chroniqueurs  peintres  realisateurs de films  conteurs dessinateurs  l'ecriture et la "presse", pouvaient s'exprimer  sans trop de risques! les débats TV ou radiophoniques etaient et restent "encore prisés...

     l'humour de nos chansonniers AMADOU , MAILLOT, MABILLE....etc..... sont des "phénomènes" pouvant savamment abordés, tous les sujets épineux en maniant les mots avec qualité et "noblesse"

    cette liberté véritable "phénomène recherché des Français.... pourra t-il continuer avec cette crise, qui se présente!

    l'art, les auteurs seront-ils toujours aussi "libres" dans leur choix , les journalistes de nous informer..ou certains de nous distraire.....

    le gouvernement semble pour le moment apprécier....je dirai meme.... que le coté people, semble avoir bonne appréciation à ce jour... les "institutions" bien implantées , pour le moment, ne semblent pas trop devoir  éviter, leurs "grivoisries"!

    la chanson française par toutes les époques, Elle selon , certaines périodes et, selon le sujet a ete soumise à une censure....

    nos etudiants sauront ils rester dignes, de ce pouvoir d'expression.......sans tomber, dans des facilités non  souhaitées...

    deux institutions ont le pouvoir de manier les MOTS  en paix à mon "avis".....l'Accadémie française bien évidemment, et les chansonniers entre LES DEUX ANES, et AUTRES LIEUX SPECIALISES, la ritournelle de tous sujets restera de mise....dans ces liux "sacrés" espérons le! 

    il est certain, que de nos jours les budgets  ne sont guère en hausse.... et il devient difficile de se moquer de sujets touchant certains couche (les memes) de notre société!

    LA GRANDE JAJA ! un mardi réaliste