Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie

  • LES MAINS par Garance Landry, Invitée de La Grande Jaja

    écriture,poésie,vie quotidienne,rapports humains,joie,partage,bonheur,solidarité,espoir,valeurs humaines,plume,conscience,rôle,amour des mots,paix universelle,monde

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les mains, ces deux membres nobles de notre être

    sont, la plupart du temps, bien mal considérées,

    obscures servantes, elles se bornent à satisfaire

    les instincts primaires des hypocrites bornés.

    les mains ont pourtant, à bien y regarder,

    au gré des envies ou des circonstances

    dans la vie de chacun, un grand rôle à jouer,

    bénéfique ou mauvais,,, selon les consciences.

     

    plumebéa.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Elles sont le prolongement des pensées de l'amoureux des mots,

    qui les couche sur le papier à l'aide de son stylo. 

    Caresse maternelle sur les joues de l'enfant,

    elles deviennent sensuelles pour unir les amants.

    Partenaires aériennes, s'exprimant sans détour,

    elles sont indispensables aux dialogues des sourds.

     

    signessourds.jpg

     

     

     

     

     

     

    Timides ou vigoureuses, quand il faut saluer,

    l'ami fidèle et tendre... ou le "Monsieur" distingué,

    elles peuvent aussi, hélas, si l'occasion s'y prête,

    servir les noirs desseins de l'homme malhonnête.

    Dans notre époque plus que troublée,

    où toutes les valeurs sont bousculées

    par la violence, l'indifférence,

    la solitude ou le rejet,

    je rêve du jour où,

    s'unissant sans manières

    par-delà les frontières,

    mains blanchies ou colorées,

    jeunes ou ridées,

    travailleront ensemble

    dans un monde enfin en paix.

     

    mainsterrebéa.jpg

     

    Garance Landry, Atelier d'écriture 2014

     

    Merci à la Grande Jaja pour sa gentillesse et la pertinence de ses conseils

  • PARFOIS...LA VIE!...par Béatrice Waller, (équipe atelier d'écriture)

    002.JPG

    Elle se pare de mille couleurs

    lorsqu'elle veut captiver nos coeurs,

    et quand ..parfois elle sourit,

    c'est l'avant-goüt du Paradis

    qui nous fait dire :......... "Vive la Vie !".

    Aux heures sombres et désolées

    quand il faut garder l'espérance

    elle nous invite à nous surpasser..

    pour triompher de l'impuissance

    qui nuirait à notre conscience.

    Avec ses joies, et ses soucis

    se succédant en alternance

    elle nous réserve bien des défis...

    De l'aube, à la fin de journée

    Jeunesse... Force puis Décroissance

    restent le parcours normalisé,

    des baroudeurs de l'existence.

    Béatrice W....

    LA GRANDE JAJA!     Très Bon Week end    merci à BéatriceABY.jpgAMOURE.jpg

  • LE POETE A TOUJOURS RAISON..

    ABRY.jpg

     

    QUE SERAIS-JE SANS TOIAP3.jpg

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre 
    Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant 
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre 
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement. 

    J'ai tout appris de toi sur les choses humaines 
    Et j'ai vu désormais le monde à ta façon 
    J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines 
    Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines 
    Comme au passant qui chante on reprend sa chanson 
    J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson. 


    doisneau.jpgQue serais-je sans toi qui vins à ma rencontre 
    Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant 
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre 
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

    J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne 
    Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu 
    Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne 
    Tu m'as pris par la main dans cet enfer modernecoeurfl.jpg 
    Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux 
    Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre 
    Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant 
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre 
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

    Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes 
    N'est-ce pas un sanglot que la déconvenue 
    Une corde brisée aux doigts du guitariste 
    Et pourtant je vous dis que le bonheur existe 
    Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues. 
    Terre, terre, voici ses rades inconnues. 

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre 
    comtes.jpgQue serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant 
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre 
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement. 

    Je sais je sais Tout est à faire
    Dans ce siècle où la mort campait
    Et va voir dans la stratosphère

    Si c'est la paix

    ARAGON

     

    LA GRANDE JAJA!

    AUT0J.jpgARAG.jpg

     

    ASAAAG.jpg